Les données, ou encore Big Data, est un sujet qui suscite tous les débats. En 2017, le Groupe CXP a décidé de mener une étude sur le sujet, dans le but de mesurer le niveau de maturité de l'écosystème de santé français en termes de maîtrise et d'usage des données. Cette étude, conduite auprès de plus de 150 entreprises de l'écosystème de santé en France, a été réalisée en partenariat avec Cegedim Insurance Solutions. S’il est une évidence pour l’ensemble de ces acteurs de l’écosystème santé français que les données sont au cœur des stratégies numériques santé, il n’en reste pas moins que seulement 27% des projets sont en cours en 2017. Quels sont donc les freins en ce qui concerne leur implémentation ? C’est ce que nous allons analyser dans cet article.

 

Big Data et projets santé

 

L’utilisation du Big Data est vaste, et il peut y avoir autant d’utilisations différentes que de types de données.

Il existe en réalité deux types de projets numériques : les projets décidés récemment, qui intègrent dès l’origine la possibilité d’exploiter les données Big Data disponibles, et les projets plus anciens, pour lesquels cela n’a pas pu être pris en compte.

A ce jour, la plupart des projets numériques sont anciens, et il est compliqué, d’un point de vue technique ou budgétaire, de réintégrer la prise en compte de la donnée, sans reprendre tout du début. Les objectifs qui reviennent majoritairement sont les suivants :

  • - Meilleure vision de l’offre de soins
  • - Analyse du parcours santé des adhérents

- Scoring des fournisseurs de soins (notamment pour les professionnels de santé et les payeurs)
- Vision 360 de l’adhérent (notamment pour les financeurs)
- Fraude…


Pour l’ensemble de ces sujets, il est fortement utile d’intégrer des données existantes pour améliorer l’analyse.

 

Les obstacles pour mettre en place un projet avec du Big Data

 

Si l’intérêt de l’utilisation de données issues du Big Data n’est plus à prouver, il n’en reste pas moins que le mettre en pratique est une autre paire de manche. Il existe de nombreux obstacles qui peuvent empêcher ou retarder ce type d’objectifs, notamment lorsque la maturité numérique de ces acteurs est faible, notamment en ce qui concerne :

  • - La technologie : difficulté d’interconnecter une solution numérique au système d’information, pour permettre l’exploitation des données.
  • - Le mode de gouvernance des projets Big Data : souvent lancés en POC par les départements marketing, la généralisation de l’usage est difficile, par manque de moyens ou manque de déblocage de compétences informatiques et métiers en interne.

 

D’après l’étude, les directions marketing/innovation, suivi du comité de direction, et des directions métiers sont les principaux sponsors de ce type de projets, ce qui traduit une certaine maturité numérique dans le monde de la santé.

 

L’impact du règlementaire et des ressources dans la mise en place de projets Big Data

 

On ne peut désormais plus parler « données » sans mentionner le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données).

Ce règlement érige des contraintes sur tout ce qui touche de près ou de loin à l’utilisation des données, mais aussi la récupération, le stockage, la protection…

Dans cet environnement, des profils rares tels que les Chief Data Officers sont clés. Ils deviennent aussi de plus en plus attractifs de par leur capacité à coordonner des projets avec plusieurs partenaires.

Et le développement de projets multi-partenaires à l’échelle nationale est clé, car il permettra d’avoir du poids dans les décisions règlementaires européennes.

 

Pour avoir plus d’informations sur ce sujet, l’équipe de Cegedim Insurance Solutions est à votre disposition pour répondre à vos questions.

 

Livre Blanc Données de santé


Par Cegedim