En dépit du coup d’arrêt donné au tiers-payant généralisé, la dispense d’avance de frais va continuer à progresser. Appréciée des assurés, elle permet aux organismes complémentaires de réduire leurs coûts de gestion.

Réduire les avances de frais des dépenses de santé d’un assuré constitue pour celui-ci un intérêt évident. Pour l’organisme complémentaire, l’avantage est également primordial. La bascule vers le tiers-payant est le plus souvent synonyme de passage à la facture électronique, et le traitement de cette dernière est sept fois moins coûteux que celui d’une facture papier. La pratique du tiers-payant est donc décisive pour un organisme complémentaire qui cherche à abaisser ses frais de gestion.

Faciliter la pratique du tiers-payant sur tout le territoire

 

Pour étendre la couverture géographique du tiers-payant à ses assurés, une mutuelle d’envergure régionale qui assure elle-même son tiers-payant peut rencontrer des difficultés liées à l’insuffisance de sa couverture territoriale. Même les pharmaciens d’officine peuvent rechigner à accorder le tiers-payant lorsque l’assureur lui est inconnu. Pour qu’un professionnel de santé accepte d’accorder une dispense d’avance de frais, il faut qu’il ait confiance dans les échanges qu’il aura avec le tiers. Recourir à un spécialiste de notoriété nationale va contribuer à améliorer la pratique de la dispense d’avance de frais.

Faciliter le travail des professionnels de santé

Face à la levée de boucliers des médecins libéraux, le tiers-payant généralisé a subi un coup d’arrêt. Cela n’empêche pas que l’État et les assureurs continuent de croire à l’extension de la pratique tiers-payant et à la baisse des coûts associés.

Certains professionnels de santé, comme les médecins généralistes, sont réticents à pratiquer le tiers-payant car cela crée des lourdeurs administratives, telles que l’avance de trésorerie, et le pointage des remboursements.

Pour parer à ces critiques, les assureurs et les opérateurs de tiers-payant doivent proposer des services. Dans le cadre des réflexions engagées autour du tiers-payant généralisé, les assureurs complémentaires ont mis en place pour les professionnels de santé des solutions pour simplifier les échanges. L’annuaire inter-AMC reste un outil indispensable à l’extension de la pratique du tiers-payant. La consultation de cet outil en ligne permet au professionnel de santé de vérifier en temps réel que le patient a bien des droits ouverts, et de connaître l'adresse à laquelle envoyer devis et factures électroniques. Les opérateurs tiers-payant ont déjà réalisé les évolutions nécessaires à la compatibilité inter-AMC, et s’appuyer sur leur savoir-faire est un gage de réussite.

Faciliter la vie du professionnel de santé et le libérer des sujets techniques

 

Le principe du contrôle des droits en temps réel va progressivement être proposé à d’autres catégories de professionnels de santé que les pharmacies d’officine, ce qui permettra d’étendre la pratique du tiers-payant. Cette dernière doit être simple pour le professionnel de santé.

Pour automatiser le contrôle des droits en ligne, différentes normes (Visiodroits, IDB, ROC), doivent être mises en place. Ces projets de mise aux normes peuvent être lourds à mener pour les assureurs. Faire appel à un opérateur de tiers-payant est un élément facilitateur car cela permet de se défaire de la prise en charge de ces normes parfois complexes.

Mais pour les professionnels de santé, le tiers-payant ne doit pas se traduire par des questions techniques. Il appartient aux experts, les opérateurs de tiers-payant et les éditeurs de logiciels, de résoudre toutes ces questions pour que les professionnels de santé puissent vérifier facilement l’existence de droits du patient qui leur fait face. C’est à cette condition, si accorder le tiers-payant n’est ni une contrainte technique ni une contrainte financière, qu’ils accorderont plus souvent le tiers-payant à ceux qui les consultent.

Par ailleurs, la carte de tiers-payant sur smartphone, qui affiche des droits en temps réel, peut aussi faciliter cette pratique, en réduisant à zéro les erreurs de droits.

 

Pour avoir plus d’informations sur ce sujet, les équipes de Cegedim Insurance Solutions sont à votre disposition pour répondre à vos questions.

 

New Call-to-action


Par Cegedim