En prévoyance, comme pour tous les autres métiers de l’assurance, les données (ce que l’on appelle en anglais la data) sont au cœur de l’analyse et de la maîtrise des risques. Dans ce métier très manuel, il a longtemps été impossible d’agréger et d’exploiter pleinement ces data faute d’un niveau de détail et d’une exhaustivité suffisants. La généralisation de la DSN (Déclaration Sociale Nominative) vient corriger cette anomalie ! Voyons quelles en sont les opportunités, et les principaux enjeux.

 

La DSN met à disposition des données prévoyance plus fréquentes et plus complètes

 

La Déclaration Sociale Nominative comporte différents flux informatiques différents qui sont alimentés directement par les systèmes de paie des entreprises. Il s’agit de données relatives à l’entreprise, au salarié, aux rémunérations, au contrat de travail, et aux arrêts de travail notamment. Une bonne partie de ces informations étaient déjà disponibles auparavant grâce à des flux comme la DASD-U, la DUCS, ou encore Prest IJ. Toutefois deux changements majeurs viennent changer fondamentalement la donne.

D’une part ces données sont désormais disponibles de manière individuelle pour chaque salarié, alors que par le passé, les assureurs n’avaient accès qu’à des data agrégées. La finesse de l’analyse de risques et des profils type (ainsi que la connaissance clients) s’en trouve renforcée. La tarification peut alors être véritablement affinée alors que seule une tarification collective était pertinente jusqu’à maintenant. Enfin, le provisionnement est plus précis et plus complet car la maîtrise des risques et leur anticipation est plus fine.

D’autre part, ces données sont désormais accessibles en flux dits événementiels. Cela signifie que, lors d’un arrêt de travail par exemple, l’assureur peut avoir accès à toutes les informations en temps quasi réel, et non en déclaratif a posteriori. Cela lui permet alors de réagir et de proposer des plans d’action ou d’accompagnement immédiats, voire de prévention, pour le salarié couvert ou l’entreprise cliente.

 

La data, de sa création à sa transmission

 

Cette manne de données est utile voire essentielle pour les assureurs. Elle est pourtant contrainte par deux éléments :

  • Comme dans toute utilisation de données, quel que soit le secteur, la qualité de la donnée est cruciale ! Or, pour l’instant, toutes les entreprises ne mettent pas à disposition toutes les données de manière propre, exhaustive et fiable. Ainsi, si les employeurs ne jouent pas le jeu en amont, pour diverses raisons (outils défaillants, manque de temps, méconnaissance), les data de la DSN seront inexploitables pour les assureurs ;
  • Par ailleurs, même si ces données sont mises à disposition par les entreprises, les assureurs eux-mêmes ne sont pas toujours prêts à les recevoir. Notre étude a montré un niveau de maturité autour de la DSN plutôt faible parmi les assureurs. Ainsi, la connaissance de ces nouvelles normes, la connexion technique ou la véritable exploitation de ces données sont souvent défaillantes.

Il ne s’agit probablement que d’une question de temps, avant que les différents acteurs, producteurs et consommateurs de la chaine atteignent une qualité suffisante autour de la Déclaration Sociale Nominative (DSN). Cependant, il est essentiel de commencer à en appréhender les contours pour monter en puissance progressivement et être prêts le moment venu.

 

La DSN comme levier de la transformation de la gestion de la prévoyance

 

Pour Cegedim Insurance Solutions et ADDACTIS France la généralisation de la DSN (Déclaration Sociale Nominative) est une opportunité sur beaucoup d’aspects pour pousser la transformation de la gestion de la prévoyance chez les acteurs du marché en France. Toute la chaîne de valeur pourrait en effet bénéficier de la mise à disposition de ces données et de leur exploitation. Nous avons donc mené une étude auprès de plus de 200 professionnels du secteur sur leurs perceptions autour de la DSN. Nous avons constaté que la maturité n’est pas la même chez tous les acteurs du marché et que les meilleurs utilisent la DSN comme un levier, notamment transformer leur rôle de porteur de risque vers de plus en plus de conseil et de service vers les RH de leurs clients.

Découvrez tous les résultats de notre étude.

Pour avoir plus d’informations sur ce sujet, les équipes de Cegedim Insurance Solutions sont à votre disposition pour répondre à vos questions.

New call-to-action


Par Cegedim