• Emailing - bandeau tribune - degradé

  • Le marché de l’assurance santé est en constante évolution, avec une tendance qui se confirme année après année : la montée en puissance de la data et de l’intelligence artificielle appliquée sur ces données présentes en masse dans les systèmes d’information.

    Il me paraît essentiel de revenir sur les démarches que Cegedim Insurance Solutions a mises en œuvre et qui nous confèrent aujourd’hui un rôle d’acteur de référence sur le secteur.

  •  
  • Cegedim Insurance Solutions, un précurseur

  •  
Vous vous en souvenez peut-être, la consommation en santé relative à l’optique, dans le courant des années 2015, était déjà un poste très important de dépenses pour les complémentaires santé. On constatait, déjà à cette époque, que ce segment s’avérait être un terrain particulièrement propice à des pratiques douteuses ou frauduleuses.

Nous avons alors à cette époque, et parmi les premiers du marché, constitué notre première équipe de travail autour de la data, afin de travailler sur les prix de marché en optique pour proposer des services nouveaux à nos clients, parmi lesquels la détection de terrains de fraude. Nous avons ainsi constitué le premier observatoire tarifaire du marché des verres, au niveau national, et avons progressivement appliqué les premiers algorithmes contrôlant a priori la cohérence des demandes de remboursement : du big data avant le big data !

Cela nous a permis de monter en compétences progressivement, tant sur les données que nous collections et que nous avions à disposition, que sur notre capacité à les traiter, et surtout sur les usages que nous pouvions mettre en œuvre.

En effet, en partant de cet observatoire tarifaire, nous avons progressivement renforcé nos offres afin d’être en mesure de répondre aux besoins des différents acteurs du marché, puis des assurés eux-mêmes, pour qu’ils puissent avoir une idée des prix pratiqués.

Cette progressivité est un des retours d’expérience les plus importants qui ont marqué la suite de nos travaux ! En effet, l’expression « Rome ne s’est pas faite en un jour » n’a jamais été plus vraie. Ainsi, c’est bien petit à petit, cas d’usage après cas d’usage, que nous avons construit notre offre fonctionnelle complète autour de l’optique.

En complément de ce retour d’expérience, 3 enjeux auxquels nous avons été confrontés doivent être rappelés :

      • - Même si le RGPD est en vigueur depuis 3 ans, il est toujours bon de rappeler qu’utiliser des données suppose un consentement de la personne concernée. Et pour obtenir son consentement, il est nécessaire de lui proposer une valeur.
      • - Traiter des données implique très rapidement de mettre en place des capacités de traitement, stockage, et exploitation d’un volume important. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’il peut s’agir de données personnelles de santé, pour lesquelles la réglementation nous impose en plus des conditions d’hébergement plus strictes.
      • - Enfin, il ne peut y avoir d’analyse pertinente que si la fiabilité de ces données est au rendez-vous. Il y a donc un véritable enjeu de qualité des données, du “producteur” au “consommateur” de cette donnée.

  • Une expertise avérée chez Cegedim Insurance Solutions avec extension de nos travaux

  •  

    • Depuis ces premières expériences, nous avons étendu nos travaux et avons mis en place un Datalab. Cette équipe est chargée de concevoir des services innovants et de travailler sur ces questions des données et de leur exploitation avec des traitements statistiques ou des technologies d’intelligence artificielle et de machine learning. Le fonctionnement est proche de l’intrapreneuriat, avec une certaine liberté laissée dans l’exploration des usages, mais toujours en lien très fort d’une part avec les meilleures compétences techniques à disposition, et d’autre part avec les différentes BU métiers pour alimenter les réflexions.

      La matière première de ce Datalab, les données, provient de nos activités d’éditeur et d’opérateur. Nous avons accès, avec bien sûr l’accord préalable de nos clients, à certaines de leurs données, anonymisées, qui nous permettent de mettre en œuvre des analyses de plus en plus poussées. En effet, l’historique long que nous avons désormais constitué donne un recul satisfaisant sur de nombreuses possibilités de services.

      Un complément est à ajouter ici, notre atout à ce stade est d’être un acteur trans-secteur. En effet, nos différentes activités nous permettent d’avoir accès à des données d’horizons divers, en particulier à celles d’autres activités du Groupe, pouvant être rapprochées en préservant le cadre réglementaire. Cette vision multidimensionnelle permet d’enrichir les données assurantielles avec des visions complémentaires et d’en obtenir des prismes de lecture nouveaux, avec une vision très large du marché.

      Ainsi nous avons significativement enrichi notre catalogue de services à proposer à nos clients et partenaires, notamment autour de nos travaux sur la fraude, l’analyse de portefeuilles d’assurés ou d’entreprises, ou la détection de moments de vie par exemple. Nous avons atteint une maturité particulière sur l’analyse et l’exploitation de données souvent considérées a priori comme « pauvres », c’est-à-dire peu signifiantes de façon isolée. Et nous travaillons pour renforcer notre expertise sur les modélisations multidimensionnelles qui nous permettent déjà de proposer des solutions innovantes !

      Voici quelques exemples de nos réalisations :

      - Détecter via des « patterns » (modèles) de soins, les parcours de soins des assurés
      - Cibler les adhérents pouvant être intéressés par des garanties supérieures, des services d’accompagnement ou de prévention
      - Travailler sur le churn des portefeuilles
      - Détecter des patients en Arrêt de Longue Durée, n’ayant pas mis à jour leur carte Vitale
      - Analyser la prévalence d’un portefeuille vis-à-vis de certaines pathologies
      - Suivre les impacts de la crise sanitaire, et analyser l’évolution des volumes des principaux postes de prestations

  • Ce ne sont là que quelques exemples sur lesquels nous sommes déjà opérationnels.

 

Comment accélérer le développement de cas d’usages et l'utilisation d’algorithmes par nos clients ?

 

Notre enjeu est de proposer une offre qui s’adapte à la fois aux transformations de nos clients et aux multiples évolutions de la réglementation. Et bien souvent, la difficulté n’est pas d’avoir une solution à proposer, mais de faire prendre conscience à nos clients des opportunités qu’ils pourraient exploiter.

Afin de faciliter cette prise en main et ce déploiement, nous réfléchissons à exploiter un de nos atouts : nos solutions progicielles largement déployées. Ainsi nous avons jugé opportun d’intégrer, directement dans le back office de gestion, un module de machine learning permettant d’automatiser des processus en reproduisant les décisions des utilisateurs. C’est un modèle qui se développe de plus en plus et vous utilisez probablement déjà un fonctionnement équivalent dans la saisie automatique de vos smartphones.

En toile de fond, ce qui nous anime, c’est véritablement une recherche vers plus de services additionnels. Notamment, nous concentrons nos efforts sur la possibilité de venir greffer les différents travaux que nous menons sur la chaîne de valeur assurantielle de nos clients. Il ne s’agit pas tant ici de savoir si c’est pertinent, car nous en avons démontré l’usage, mais bien d’envisager le meilleur déploiement possible afin de rendre la data accessible au plus grand nombre.

Enfin, il nous est tout à fait possible, au-delà de ces standards que nous souhaitons intégrer dans nos outils, de travailler avec nos clients sur leurs projets et leurs réflexions en mettant à disposition les données massives que nous détenons pour enrichir leurs modélisations ou pour le faire ensemble. Pour cela, nous proposons de travailler en 2 temps : d’abord analyser un portefeuille pour identifier comment nos propositions peuvent déjà s’appliquer à ce contexte, et pouvoir ensuite, dans un deuxième temps, être en mesure de travailler avec nos clients dans une logique de co-construction, permettant ainsi d’enrichir leur autonomie interne sur ce type de projets.

Tout commence donc par une analyse du portefeuille. Quand commençons-nous ?

 

  • Pour avoir plus d’informations sur ce sujet, les équipes de Cegedim Insurance Solutions sont à votre disposition pour répondre à vos questions.

 

New call-to-action


Par Cegedim