La DSN offre la possibilité aux entreprises et aux acteurs de la protection sociale (donc les assureurs de la prévoyance collective) de partager plus facilement, plus efficacement et plus rapidement des données. Une fois les problématiques techniques de connectivité mises à part, l’opportunité est grande et dépasse le simple partage de données. Deux enjeux sont dès lors accessibles : d’une part un conseil et un accompagnement renforcé dans toute la vie quotidienne de l’entreprise en ce qui concerne les risques et la protection sociale. D’autre part, c’est le rôle même de l’assureur qui est remis en perspective, et la notion de business partner qui apparaît. L’assureur devient une véritable fonction support de l’entreprise.

Du conseil et de l’accompagnement

 

Dans le cadre de la prévoyance collective, les assureurs sont depuis longtemps des partenaires de la protection sociale des entreprises. Plus exactement, ils sont souvent là pour expliciter les produits et garanties, ainsi que les contraintes des CCN (Conventions Collectives Nationales). Ce rôle d’accompagnateur lors de la souscription est souvent plus en retrait dès lors que le contrat est signé. Ainsi, une fois la mise en gestion opérée, l’assureur se positionne plus souvent comme un enregistreur de mouvements de personnels ou d’opérations sur le contrat lors des renouvellements.

Au-delà de ces aspects purement de gestion, il n’y avait encore que peu de véritables interactions réciproques et permanentes.

La DSN, par l’intermédiaire notamment de flux événementiels qui fournissent de l’information au fil de l’eau, permet des échanges renforcés. Ce sont ces points de contact, même dématérialisés qui vont permettre à l’assureur de réagir, voire d’agir de manière plus constructive vis-à-vis des entreprises clientes et de leurs services RH.

Tout l’enjeu réside bien ici dans l’ouverture de relations plus permanentes, régulières et moins ponctuelles.

Vers un rôle de business partner

 

Toute la question réside désormais dans les objectifs que peut viser cette relation plus permanente. Il y a trois objectifs principaux et complémentaires :

D’une part, le rôle de l’assureur peut avant toute autre chose prendre la forme d’un accompagnement au déploiement et à l’utilisation des normes d’échange DSN. En effet, l’un des freins constatés est la qualité et l’exhaustivité des données fournies par les entreprises. Ainsi, co-construire le périmètre d’informations mises à disposition et éclairer les services producteurs sur leur intérêt peut être une force non négligeable.

Puis, une fois les données bien mises à disposition, les assureurs peuvent jouer le rôle de vigie sur l’activité et sur les risques constatés dans les entreprises du même secteur d’activité ou de la même zone géographique. Ainsi, il s’agit d’une véritable activité de prévention au sein de l’entreprise qui peut être mise en place. Par exemple, l’assureur peut alerter sur l’existence de risques fréquents dans des entreprises similaires ou sur l’existence d’une sur-représentation d’arrêts de travail au sein d’une entreprise par rapport à des acteurs équivalents. C’est l’occasion de mettre en place des plans de prévention ou de protection, ou encore de suggérer des formations, diagnostics ou accompagnements spécifiques, pour le bien de tous, du salarié à l’entreprise.

Enfin, grâce à la meilleure connaissance de la situation de l’entreprise, de ses risques propres et de ses salariés, l’assureur est en mesure de viser une amélioration des produits qu’il propose. Cette amélioration peut porter sur la tarification bien sûr grâce à l’accès des données nominatives et régulières, mais aussi sur des niveaux de couvertures et de qualité des produits.

Cette relation de long terme prend la forme d’une sorte de fonction support externalisée à l’entreprise ! En effet, en devenant un business partner de l’activité de l’entreprise, l’assureur met à profit l’usage des données pour son propre intérêt évidemment mais aussi pour celui de ses clients entreprises.

La DSN comme levier de la transformation de la gestion de la prévoyance

 

La généralisation de la DSN (Déclaration Sociale Nominative) représente pour Cegedim Insurance Solutions et ADDACTIS France une chance de faire durablement évoluer la relation de l’assureur prévoyance avec son client entreprise. Il s’agit dès lors d’opérer en profondeur la transformation de la gestion de la prévoyance chez les différents acteurs du marché en France. Nous avons mené une étude auprès de plus de 200 professionnels du secteur sur leurs perception autour de la DSN. Nous avons constaté que la maturité n’est pas la même chez tous les acteurs du marché et que les meilleurs utilisent la DSN comme un levier, notamment pour  s’orienter vers une meilleure connaissance clients.

Découvrez tous les résultats de notre étude.

Pour avoir plus d’informations sur ce sujet, les équipes de Cegedim Insurance Solutions sont à votre disposition pour répondre à vos questions.

New call-to-action


Par Cegedim