• Nouvelles offres et modes de distribution, partage d’infrastructures et de données via la technologie des API… En théorie, l’open insurance présente une multitude d’opportunités pour les assureurs santé et les mutuelles. Mais une fois la décision prise de s’engager dans cette démarche, comment implémenter sa stratégie d’open insuring et garantir son succès ?
  •  
  • Concevoir le digital comme un levier de l’innovation

  •  
  • Pour une compagnie d’assurance, suivre la voie de l’Open Insurance représente un virage technologique mais aussi culturel. Face à l’ouverture croissante du marché, les produits doivent être conçus différemment afin d’intégrer pleinement les enjeux digitaux. Il faut pour cela s’affranchir des cycles séquentiels de conception et penser à impliquer l’ensemble des parties prenantes dès le démarrage des projets.
  •  
  • Cela suppose de former les équipes au digital (marketeurs, actuaires, commerciaux, etc.) mais aussi d’intégrer des architectes IT dans les équipes de conception des offres.
  •  
  • Une fois le produit/service et le support IT rendus indissociables, la distribution de solutions assurantielles devient plus facile car elle embarque la technologie nécessaire à leur utilisation (plug and play).
  •  
  • Le digital, devenu le socle de la stratégie de l’entreprise, fait émerger de nouvelles problématiques que les équipes projet doivent prendre en compte avant même la conception comme :
  • - la tarification en ligne,
  • - la distribution en ligne,
  • - les échanges de contenus par flux électroniques,
  • - les partenaires avec lesquels interagir, etc.
  •  
  • Un changement de culture radical mais fructueux pour les acteurs les plus réactifs : ils conserveront une place de choix sur le marché assurantiel de demain car ils auront su se donner les moyens technologiques et culturels pour changer de modèle.
  •  
  • Repenser son architecture

  •  
  • Les systèmes d’information (SI) actuels des acteurs de l’assurance santé ne leur permettent généralement pas de répondre aux problématiques liées à l’omnicanalité et à l’interfaçage simplifiée par API.
  •  
  • Ils doivent donc impérativement investir pour faire évoluer l’architecture de leur SI. Bien que coûteuse, cette mise en œuvre peut se faire progressivement :
  • - Un premier temps consacré à l’APIsation des fonctions ouvertes à l’extérieur, comme la distribution par exemple.
  • - Un second temps dédié à l’architecture interne du système d’information (gestion, comptabilité, etc.) afin de faire de l’API un standard informatique.
  •  
  • Les assureurs qui n’intégreront pas cette technologie à leur système d’information ne seront pas en mesure de prendre le virage de l’Open Insurance. Or, l’adoption d’un SI « ATAWAD » (AnyTime, AnyWhere, Any Device) laisse entrevoir de nouveaux business models et représente un véritable avantage concurrentiel.
  •  
  • Repenser son architecture revient également pour l’assureur à renforcer son modèle de distribution en s’appuyant sur des partenariats pertinents. Ceux-ci favorisent grandement le succès d’une stratégie d’Open Insurance. Pour cela, il est indispensable d’ouvrir et de faciliter l’accès aux systèmes d’information grâce au modèle d’open API.
  •  
  • Les compagnies d’assurance devront donc se tourner vers « la plateformisation ». Elles deviendront ainsi des marketplaces assurantielles sur lesquelles le futur partenaire pourra venir sélectionner le produit/service répondant à son besoin. Une nouvelle vision business qui capitalise sur cette révolution technologique autant que sur les savoirs métier et l’image de marque de acteurs traditionnels.
  •  
  • Gagner la confiance du client

  •  
  • En récoltant de nouvelles données sur leurs clients, les assureurs peuvent pousser l’analyse des comportements et proposer des services personnalisés.
  • L’utilisation de ces data par les mutuelles est encadrée juridiquement par règlement général de protection des données (RGPD) et oblige à la plus grande transparence. La collecte de données client requiert l’accord explicite de ce dernier et doit se justifier par un intérêt commun.
  •  
  • En plus de la valeur perçue, les assureurs doivent entretenir le lien de confiance avec leurs clients car il conditionne lui aussi la décision de partager ou non ses données.
  •  
  • Notre enquête a montré que les répondants étaient en grande majorité favorables au partage de ces informations avec leur assureur s’ils en comprennent le bénéfice que cela peut leur apporter. Les efforts de communication et de pédagogie des assureurs devraient donc leur permettre de pérenniser leur relation et de se positionner plus largement sur la « protection » des clients avec l’appui de partenaires.
  •  
  • Retrouvez les résultats détaillés de cette enquête réalisée auprès de plus de 1000 assurés et de décisionnaires du secteur de l’assurance santé par Infopro Digital pour le compte de Cegedim Insurance Solutions et l’Argus de l’Assurance dans notre livre blanc sur les enjeux de l’open insurance.

 

  • Pour avoir plus d’informations sur ce sujet, les équipes de Cegedim Insurance Solutions sont à votre disposition pour répondre à vos questions.
  •  

CTA livre blanc Open Insurance


Par Cegedim